Les Français attendaient un plan de bataille, ils ont eu un plan de com'

Publié le par Blog des adhérents & sympathisants UMP à Jouy le

Après la sanction historique que les Français ont infligée à François Hollande et à la gauche lors des élections municipales, faisant de l'UMP le premier parti de France, nous étions en droit d'espérer que Manuel Valls annonce un profond changement de cap à l'occasion de son discours de Politique générale. Peine perdue : les Français attendaient un plan de bataille, ils ont eu droit à un plan de com'!

 

Certes Manuel Valls a annoncé une baisse supplémentaires de 10 milliards € des cotisations sociales. Bien que cette somme soit très en deçà du nécessaire, je me réjouis qu'il se convertisse à ce que propose l'UMP ! Mais cela ne compense pas la politique menée depuis deux ans qui a consisté à alourdir le coût du travail en supprimant la TVA anti-délocalisation, en taxant les heures supplémentaires ou en augmentant les cotisations sociales des salariés et des indépendants pour financer les pseudo-réformes des retraites.... Même constat pour le geste de 5 milliards promis pour les ménages. C'est une goutte d'eau comparé au matraquage fiscal inédit que subissent les Français  de 10 milliards €. La gauche a mis deux ans à se rendre compte qu'elle faisait fausse route: que de temps perdu pour les Français, que de destructions d'emplois, que d'appauvrissement que nous aurions pu éviter ! En outre, Manuel Valls annonce des mesures qu'il est incapable de financer. Il devait annoncer 50 milliards d'économies pour maintenir nos objectifs de réduction du déficit plus des coupes de dépenses permettant de financer ses mesures pour les entreprises et les ménages. Il s'est contenté de citer 39 milliards non documentés. Faire des promesses non financées, cela revient à signer des chèques en bois dont la charge sera portée par les générations futures. C'est une faute grave pour qui prétend faire de la jeunesse une priorité car laisser filer la dette aujourd'hui, c'est gonfler les impôts de demain.

 

 Manuel Valls a aussi évoqué une grande réforme territoriale consistant en une réduction du nombre de régions et une suppression des départements. Une incohérence de plus  pour la Gauche ! C'est exactement ce que Nicolas Sarkozy avait lancé en créant le conseiller territorial, qui fusionnait les assemblées des régions et des départements, et en supprimant la clause générale de compétence, pour mieux clarifier les domaines d'actions des collectivités. Deux mesures que François Hollande et Manuel Valls se sont empressés d'abroger une fois arrivés au pouvoir, mais qu'ils veulent rétablir aujourd'hui ! Tout cela dénote une absence totale de colonne vertébrale, de cap.

 

Surtout, toutes ces <<réformes>>, censées bouleverser la France, ne sont en fait que des paroles en l'air. D'une part, parce qu'elles sont parcellaires ou très insuffisantes. Comment résoudre par exemple le problème du chômage sans évoquer les questions des 35h, de l'école, de la formation, du code de travail, des effets de seuil, de l'industrie, de l'innovation ? Comment rassurer les Français sans renforcer leur sécurité ? Autant de sujets absents du dicours de politique générale de Manuel Valls. D'autre part, parce que les mesures annoncées sont renvoyées à plus tard : Les allégements du coût du travail auront lieu << d'ici 2016 >>, la carte des régions sera remodelée << d'ici 2017 >>, les mesures pour les ménages arriveront << d'ici 2017 >>, l'intercommunalité sera réformée << d'ici 2018 >>, le taux de l'impôt sur les sociétés sera baissé << d'ici 2020 >> , un débat sur l'avenir des conseils généraux sera engagé << à l'horizon 2021 >>, le passage à 50% de la part du nucléaire dans la production d'électricité sera tenu << d'ici 2025 >>, la réduction de 30% de notre consommation d'énergies fossiles est fixée << d'ici 2030 >>

C'est trop peu et dans trop longtemps. C'est un marché de dupes.

La France est dans l'urgence, et Manuel Valls veut des débats pour dans 7 ans, 10 ans, 15 ans. Manuel Valls n'a pas 10 ans mais deux mois pour changer de politique, pour être crédible.

 

Preuve ultime que le message des Français n'a pas été entendu, la très laxiste réforme Taubira, qui consiste à éviter la prison à la plupart des délinquants, ainsi que la réforme des rythmes scolaires, qui a désorganisé notre système éducatif, sont maintenues comme si rien n'était. L'UMP, pour la premiére force politique de notre pays, va continuer à demander le retrait de cette réforme pénale inacceptable ainsi que le libre choix pour les communes d'appliquer ou non la réforme des rythmes scolaires, très coûteuse et sans contenu éducatif.

 

Pour reprendre la fameuse phrase du Guépard, François Hollande << a tout changé pour que rien ne change >>. Il n'a pas entendu le message de colère que lui ont envoyé les Français. Après le carton jaune des municipales, il faut donc lui adresser un carton rouge lors des élections européennes du 25 Mai prochain en votant pour les candidats de l'UMP.

 

L'UMP locale

 

Louis PENE     Nadège CORNELOUP

 

 

 

 

Publié dans ACTUALITE NATIONALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article